Evolutions

IMG 3728Une ferme est comme toute entreprise, une organisation vivante.

L'innovation, la planification, l'adaptation et la remise en cause permanente de son sytème de production est nécessaire pour permettre son développement et sa survie économique.

Lors de mon installation en 2013, j'avais planifié un développement uniquement basé sur la production de grains (céréales, protéagineux, oléagineux). Dans ce domaine, le contexte économique était porteur, et intégrer un élevage sur l'exploitation ne semblait pas intéressant.

En 2015, le contexte économique devenant défavorable pour les productions céréalières et dans une perspective de prix à long terme morose, j'ai réflechi à réintégrer l'animal dans le cycle de production par l'acceuil d'une troupe de brebis solognote d'éco-pâturage.

En 2016, suite aux inondations et à la perte de la quasi totalité de ma production céréalière, l'atelier d'élevage s'est révélé un formidable outil de compensation des pertes en valorisant directement sur pied les cultures "noyées" (pailles et grains consommés dans les champs par les agneaux).

En effet, outre  la sauvegarde de la race solognote, l'emploi d'une race rustique locale adaptée aux conditions climatiques et aux sols de Sologne me permet de valoriser un sol difficile à exploiter dans un cadre conventionnel et de trouver de nouveaux débouchés dans un contexte agricole de plus en plus incertain.

En 2017, j'ai ainsi pris le "risque mesuré" de ne pas emblaver de nouvelles culture commerciales mais d'accentuer la spécialisation de mon exploitation sur la production de semences destinées à l'implantation des couverts d'engraissement des agneaux et de mise en lutte des brebis.

 

Le système fonctionnant au quart de sa capacité, seulement 4 paddocks d'agnelage sont utilisés. Les agnelles sont mises par paddocks d'une vingtaine de brebis en pâturage continu jusqu'a la fin des agnelages. Aucune intervention ni présence humaine n'est requise pendant cette période.

La prolificité constaté sur les agnelles est proche de 1,2 et le taux de mortalité des agneaux est d'environ 20%.

La préparation des paddocks suivant et la planification de leur exploitation est toujours en cours et 24 paddocks sur les 42 sont opérationnels. Plus de 36km de fil higtensil ont été posés manuellement sur 4 rangés depuis 2016 soit 9km de clotures posées à une seule personne... ce qui n'empèche pas certaines agnelles de defier régulièrement les cotûres.

Mouche sera et est déja une aide préciseuse pour la manipulation des brebis, nous devons encore nous former pour exploiter au mieux son potentiel mais ce chien apporte dejà plus de séreintié lors des déplacements.

Compte tenu de la conduite de la ferme en Agriculture de Conservation (AC), de la réduction de la SCOP (surface en céréales) au profit des prairies et des couverts végtaux à destination des brebis l'ensemble de la Ferme de Pommerieux est convertie en 6 mois en Agriculture Biologique (AB).

Cette conversion express tient au parcours des brebis, moins de 20% des surfaces paturées ont réçu un amendement non biologique au cours des 5 dernières années. Le reste des surfaces pâturées étant constituées de prairies permanentes, de landes et de bois pâturés elles n'ont donc pas fait l'objet d'amendements.

Les surfaces en "conversion" sont destinées à l'implantation de couverts d'engraissement des agneaux et de la lutte d'automne.

Grâce à la GEODE (organisme gérant la race Solognote), nous achetons 2 lots d'agnelles et un lot d'antenaises (agnelle de plus d'un an n'ayant jamais agnellé).

La constitiion de cette troupe d'une petite centaine de brebis et d'agnelles permet de debuter l'exploitation rationelle des parcelles avec un chargement instantané d'environ 317 animaux par hectare en divisant temporairement chaques parcelles en deux, le taux de chargement instantané est alors d'environ 40UGB/ha par période de 3 jours à l'optimum de production.

Cette évolution permet le débourrage des prairies et la mise en place des premiers paddocks de rotation.

Suite à la rencontre avec Shane Bailey du cabinet en gestion de pâturage PâtureSens, et la remise d'un rapport sur l'opportunité économique de renforcer l'attelier élevage.

Le nouvel objectif de la ferme passe à 370 brebis mères en race pure Solognote à l'horizon 2019 avec modification du sytème de production en 100% paturage tournant.

Le pâturage tournant consiste à replacer l'herbe au centre de la production et d'optimiser son exploitation par les animaux. Tout le système repose sur la pousse de l'herbe et l'évitement du surpâturage (temps de séjour trop long des brebis).

Le premières naissances permettent la consitution d'une petite troupe d'une douzaine d'agnelles (le partage des agneaux entre Tarvel et la Ferme repose sur la priorisation de la troupe d'éco-pâturage).

Le système est fonctionnel mais la période de présence des brebis n'est pas optimale avec le système de production :

  • Exploitation trop tadive des couverts d'automne à l'arrivée des brebis
  • Surproduction du système lors du départ des brebis au printemps pour la saison d'écopâturage

Note : Les clotures en 3 fils hightensil ne sont pas adaptées aux brebis solognotes, il faut un minimum de 4 fils et des brebis éduquées.

 

Mise en place des couverts Biomax et acceuil d'une troupe d'éco-pâturage. Cette première expérience permet de mettre à l'épreuve le système et d'analyser les besoins en terme de nouriture pour les brebis au cours de leur hivernage.